Une macro tendance, le « Micro ».

Avez-vous remarqué combien le mot « Micro » a envahi notre quotidien ? Prêtez votre oreille à cette ultra-tendance hyper présente. Elle reflète très bien notre époque. Elle révèle combien les moyens de production rapides, les contraintes économiques et les besoins d’expérimentation sociale agitent notre monde. Et derrière toutes micro-tendances, il y a souvent de grands changements.

« Micro » is huge ! La tendance « Micro » repose sur une combinaison de nécessités : économiser, expérimenter, innover, écourter, spécialiser.  Les économies rapides avec moins de ressources exigent de la précision pour les allouer efficacement. Alors « Micro » is successful. « Micro » finalement influence nos plans d’affaires, les offres de services, la consommation et les façons de travailler.

Voyez son étendue avec 18 exemples « Micro ».

Les fondements du tout « Micro »

Voici les ferments de l’économie post moderne: 

  • L’économie de masse ne répond plus aux besoins de personnalisation des besoins des consommateurs.
  • Les produits et les services sont très segmentés pour rencontrer l’usage spécifique du client  (Principe de la longue traîne exprimé en 2006 par Chris Anderson le fondateur de Wired) et chacun peut être rentable dans son marché de niche.
  • Les moyens de productions sont de moins en moins capitalistiques. Ils sont facilement accessibles et souples : conception graphique, photo et vidéo chez soi, production de biens et pièces de rechange sur mesure avec l’imprimante 3D.
  • La chaîne de production et la chaîne logistique se raccourcissent drastiquement. Il sera possible à chacun de devenir une unité de conception et de production de petits objets techniques ou de pièces de rechange.
  • Le financement se fait rare depuis la crise financière de 2008, tout comme certaines ressources énergétiques. Le démarrage de projet se fait sur un concept validé et réduit à la plus simple utilité (approche Lean Start-up développée par Eric Ries).
  • Les changements et la consommation rapides exigent des produits et des services sur mesure, rapidement renouvelés.
  • Les organisations et le travail sont soumises à des contraintes multiples (financière, fiscale, légale, rentabilité, efficience) qui incitent à privilégier une petite taille pour expérimenter et innover à petite échelle.
  • La vitesse, la vélocité, l’expérience instantanée sont des indicateurs d’agilité et de débrouillardise que les consommateurs apprécient et que les plus opportunistes peuvent saisir.
  • Le développement durable et l’économie de ressources s’appuient sur l’emploi de technologie low-cost et de design simplifié.
  • L’éphémère permet de créer l’événement et de faire vivre la promesse d’une expérience unique.  C’est le signe d’une société qui va vite et qui surfe sur l’instant.

La « Micro-Everything Revolution » est en marche.

1- Micro-édition, maxi marketing. 

  • Micro-Contenus : Faciles à lire sur les mobiles et à partager, les micros contenus explosent. Demain, sans eux, moins d’audience et d’engagement du client. Pete Cashmore prédit son succès.
  • Micro-Blogging : Twitter, TumblR ou Facebook permettent à chacun de publier en quelques secondes.
  • Micro-Video : Vine ou Instagram introduisent les vidéos de 6 à 15 secondes. Le micro format vidéo a son festival.
  • Micro-Site : Pour décliner une campagne de mise en marché et cibler les audiences, il améliore votre référencement et votre visibilité produit.
  • Micro-Social-Network : Les réseaux sociaux privés se développent dans l’ombre des géants que sont Facebook, Sina Weibo ou Tencent’s QZone (Chine). Ils offrent la possibilité de créer des clubs ou de toucher une communauté d’entreprise sélective. Path (communautés discrètes), Yammer (entreprises), Ning (communautés ouvertes ou fermées), Edmodo (enseignants), Nextdoor (voisinage immédiat) sont quelques exemples à regarder avec attention.
  • Micro-Popularité : Le talent ou l’inattendu peuvent vous propulser au top des vues Youtube ou des hastags de Twitter. Un phénomène qui bouleverse le showbiz comme le décrit le New-York Times.

2- Micro-économies, grands bouleversements. 

  • Micro-Manufacture : Demain, nous seront tous des « Makers » comme l’indique Chris Anderson dans son dernier livre. Les moyens de productions ne nécessitent plus d’investissements en capitaux immenses pour démarrer. On peut prototyper et amorcer des productions à petite échelle. Avec le prototype rapide aidé d’un scanner 3D et d’une imprimante 3D, il est possible de reproduire en matière plastique composite des objets ou pièces. On peut aussi rendre un service sans avoir d’infrastructures lourdes ou une large équipe permanente.
  • Micro-Innovation : Les grandes industries ont recours aux micro-innovations pour enrichir l’offre sans changer le produit de base. Ainsi Ford propose son Liftgate (ouverture du coffre avec le pied), Mercedes propose son Magi Vision Wippers, (balais d’essui-glasse avec jet d’eau intégré) pour tirer les ventes avec des améliorations d’utilité. L’innovation radicale peut attendre ! La liste des meilleures innovations dans l’automobile est longue, beaucoup sont des micro-innovations.
  • Micro-Finance : Le micro-crédit permet d’initier dans les pays ou les régions défavorisées des petits projets que les banques ne soutiennent pas en l’absence de garantie et de rendement. Cette solution développée depuis les années 80 en Inde a valut à l’un de ses plus grands utilisateurs, Muhammad Yunus, de recevoir le prix Nobel 2006.

3- Micro-travail, grande satisfaction !

  • Micro-Work :  Est la plus petite tâche non automatisable que l’on peut répartir via un site web pour coordonner la production de plusieurs travailleurs. La plateforme Amazon Mechanical Turk propose ainsi son service de mise en relation d’employeur et de travailleurs qui peuvent accomplir certaines tâches. Innocentive, place de marché en mode crowdsourcing permet à des employés hautement qualifiés de répondre à des questions techniques posées par des entreprises.
  • Micro-Learnings : Apprendre est au bout du smartphone. Youtube ou SlideShare vous génèrent des milliers de petits contenus éducatifs. Des centaines de cours en ligne s’ajoutent sur les chaînes. Voir mon article à ce sujet.
  • Micro-Career : Que ce soit dans l’entreprise comme Intrapreneur ou comme second emploi, les micro-carriéres se développent. Comme l’indique Dr. Marla Gottschalk dans son article Want More, Develop a « Micro Career », les opportunités de diversifier ses activités est facilité par les sites en ligne pour faire rencontrer les entrepreneurs et les offreurs de services en design, secrétariat, édition, traduction, enseignement, finances, etc.
  • Micro-Skills (Do It Yourself, DIY) : Etsy cumule plus de 40 millions de visites par mois pour vendre ou acheter en ligne des productions artisanales. La part de biens et des services vendus entre particuliers ne cessent de croître pour redonner à chacun la possibilité d’être un agent économique indépendant. Un article de la BBC donne un aperçu très complet des talents de certains fabricants artisanaux.

4- Micro-organisation, impact optimal. 

  • Micro-Entreprises : 42 millions d’américains sont des free-lancers selon The Guardian 2012. Dès 1997, Daniel Pink proposait de devenir indépendant dans son livre Free Agent Nation. Il y aura autant de micro entreprises que de services spécialisés et de professionnels ou d’étudiants.
  • Micro-Stores : Le commerce de détail est chamboulé. Les clients visitent en faisant du « Showrooming » mais achètent en ligne et ils se font livrer à domicile ou dans un magasin de proximité. Les marques 100% Internet ouvrent des magasins pour créer le contact. La chaîne logistique combinera le web et la distribution et livraison au coin de la rue.
  • Micro-Restaurant (ou Pop-Up Restaurant) : Ils ouvrent dans un hangar ou un appartement, et ferment quand la carte devrait changer de saisons. Ils sont minuscules, confidentiels et très tendances. Voici
  • Micro-Brasserie : Elles produisent artisanalement des saveurs oubliées des grands brasseurs industriels. Fini les produits de masse insignifiants. Ceci dit, les micro-brasseries ou brasseries artisanales se développent depuis les années 80.
  • Micro-Partis politiques : Ciblés sur des segments très précis d’opinions et de revendications, ils permettent d’exercer différents groupes de pression. Certains, comme le Tea Party se fait connaître aux USA pour sa capacité à bloquer certaines lois au Sénat.
  • Micro-Dorms : Faire le plus avec le moins. Un exemple d’économie de moyens pour loger les étudiants.

Micro is beautiful !

Des exemples, des idées, des commentaires ? Partagez-nous vos opinions et vos observations.

Les cartes tendances

Pour aller plus loin

Mon précédent article sur : Les micro-apprentissages, un impact de taille sur votre développement professionnel

Mon précédent article sur : Gérer la rareté, tout un défi pour les RH

Mon précédent article sur : Ce que le syndrome Kodak va aussi faire disparaître. 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire