L'hyperchoix
Keep Clam and carry On

L’homme hypermoderne souffre d’hyperchoix.

En Suisse, le marketing horloger en arrive à la même conclusion et propose à ses partenaires commerciaux de réduire les montres exposées en magasin. Résultat : les ventes sont plus rapides!

Dans notre vie professionnelle, le même phénomène prend de l’ampleur. Devant l’inflation des possibilités, on se grise et parfois on fige! Auparavant, on suivait un chemin tout tracé : on allait à l’école du village, on choisissait parmi quelques formations donnant accès à quelques métiers et, bien souvent, on reprenait le flambeau de ses parents.

L’individu contemporain souffre de l’hyperchoix, nous disent les psychosociologues. Le besoin d’exister intensément dans tous les départements de notre vie est stimulé par les modèles de réussite rapide et la société de surconsommation. L’Internet donne un accès immédiat à une infinité de combinaisons, dans un univers transparent et sans frontières accessible en quelques clics. La frustration peut devenir grande devant tant de choix simultanés. Beaucoup de projets entrepris et peu d’achevés : voilà ce qui arrive quand l’hyperchoix s’installe.

Quel est votre degré de risque de souffrir du syndrome de l’hyperchoix?

Premier facteur de prédisposition : votre degré d’ouverture est maximal

  • Branché(e) à l’Internet en continu, vous nagez dans beaucoup de réseaux sociaux et vos identités se déclinent selon la nature de vos fréquentations : sport, loisirs, emploi, amitiés, communautés, cultes. Le trop plein d’information sature votre esprit et complique les décisions.
  • Vous changez souvent d’objectif ou d’emploi, cherchant sans savoir où aller, explorant des avenues sans prendre le temps d’apprendre de vos expériences.
  • Votre personnalité est caractérisée par l’hésitation et le doute, vous êtes d’une nature très réfléchie, vous prenez peu de risques, vous êtes parfois rêveur… Vous cumulez alors une série de facteurs vous conduisant vers l’indécision. Vous en êtes probablement conscient(e) mais demeurez incapable d’agir rapidement.

Autre facteur de prédisposition : vous avez des aspirations multiples

  • Votre besoin de reconnaissance sociale est fort, vous êtes plus sensible aux appels extérieurs qu’à votre voix intérieure.
  • Votre ambition vous pousse à vouloir réussir et à trouver des occasions de croissance.
  • Votre désir de tout connaître vous incite à la curiosité et est d’autant plus intense que votre milieu de vie vous semble trop étroit ou aride.
  • Vous avez grandi dans un milieu multiculturel, vous avez un goût pour les voyages et l’interculturalisme, vos horizons sont naturellement ouverts sur plusieurs mondes.
  • Vous êtes aventureux et favorable au changement, le zapping est votre culture.

Un facteur amplificateur : vous êtes en transition de vie

À la recherche d’une nouvelle identité ou d’un renouveau professionnel, vous devez faire des choix pour sortir d’un statu quo, que ce soit pour vous réinventer ou pour progresser. Cela peut être un choix de vie, une question d’orientation professionnelle (formation, recherche d’emploi, fin d’études) ou encore la décision de créer une entreprise.

Comment se prémunir contre le syndrome de l’hyperchoix?

1- Être à l’écoute de ses intérêts profonds

Il est devenu très difficile de connaître tous les métiers et toutes les entreprises, et encore plus de prévoir l’avenir à moyen terme. Si l’on peut se perdre dans un monde de possibilités, on se retrouve toujours devant ses préférences. En approfondissant votre connaissance de vous-même, vous pourrez suivre le fil rouge de votre vie : vos intérêts et vos préférences. Même s’ils sont malléables et qu’ils changent au fil du temps, ils sont uniques.

Posez-vous la question suivante : Quel intérêt personnel et professionnel ferait que je serais prêt à donner de mon temps sans compter et avec une satisfaction continue? Si vous restez sans réponse ou devant trop d’options, un bilan de compétences pourrait vous aider.

2- Se concentrer sur une ou deux options réalistes

En diminuant le nombre de choix, vous vous offrez de la tranquillité d’esprit. Il faut différencier l’étape de recherche d’informations, utile pour bien connaître son milieu, de l’étape de la décision. Réduisez votre choix à deux options. Agissez ensuite en mettant l’accent sur quelques priorités et n’assumez que quelques rôles essentiels pour ne pas vous diluer. La formulation d’un projet professionnel ou projet de vie et sa bonne exécution seront la clé du succès.

3- Persévérer pour obtenir davantage

En concentrant vos efforts sur quelques objectifs prioritaires, vous réaliserez mieux et plus vite vos projets. Les possibilités se créent plus souvent lorsqu’on approfondit un domaine que lorsqu’on reste en surface. Plusieurs emplois sont accessibles seulement après que l’on a accompli certaines réalisations. La patience et la vision à long terme ne sont pas synonymes de stagnation ni de routine mais bien davantage de développement durable.

Le marketing l’a compris : en guidant le consommateur vers un nombre de choix restreint, il lui facilite la vie. Savoir limiter nos choix pourrait devenir un must dans notre développement personnel!

Pour approfondir le sujet de l’hyperchoix :

  • F. Larceneux, S. Rieunier, « L’effet de l’hyperchoix sur le consommateur et effet modérateur de la marque : une application au cas de la bijouterie », Journées de recherche en marketing horloger, Neuchâtel (Suisse), 2007.
  • Nicole Aubert et al., L’individu hypermoderne, Paris, Erès, 2004.
  • Chris Anderson, La longue traîne : la nouvelle économie est là, Paris, Pearson, 2007.

Laisser un commentaire