Ma Digital Week - Photo Jean-Baptiste Audrerie - Toute reproduction interdite sans autorisation - FutursTalents - 2016
Ma Digital Week - Heathrow Elevetors - Photo Jean-Baptiste Audrerie - Toute reproduction interdite sans autorisation - FutursTalents - 2016

Partir en voyage, c’est rompre la routine et aller au devant de l’inattendu. Je me suis offert cette année une semaine de rencontres, de conférences et de visites d’entreprises au pays du digital. Le digital est LA nouvelle destination.

Je me suis donc organisé une « Digital Week ». Un seul lieu physique : Paris. Des dizaines de rencontres avec un thème central au cœur de toutes les conversations : le digital. Ce nouveau continent change tous les repères. Il nous excite ou nous perturbe selon l’humeur.

Ma Digital Week, c’est une façon comme une autre de comprendre en action et d’approfondir les enjeux et les formes de l’économie numérique. Et puis c’est ma récompense de blogueur. J’ai contacté des lecteurs de mon blog acteurs du digital pour les rencontrer. Nous avons parlé de leurs enjeux. Je vous relate quelques constats saisissants.

#1 Le digital crée une effervescence dans tous les domaines

De la santé en passant par le luxe et les RH, les technologies ont bouleversé les modes de consommation, de distribution et de communication créant de nombreuses opportunités. Et ce qui frappe, c’est la vitesse des changements. Les nouveaux entrants frappent forts. Pensez en 2015 à l’actualité grand public faite par AirBnB, Uber, DropBox, Salesforces, Google, Amazon, Appel, Facebook, Houzz, etc. Les entreprises établies doivent se réinventer car elles peuvent vite être menacées si elles ne remettent pas en question leur modèle d’affaires ou n’offrent pas une actualisation des modes de relation avec les clients et les partenaires.

Au Village By Crédit Agricole, les 80 start-up en incubation veulent changer le monde. Avec quelques mois de codes, un nouveau service peut naître sur une niche créée de toute pièce ou vouloir réinventer un produit ou bouleverser un secteur. Les RH ne sont pas en reste.

Le Lab RH quant à lui fédère plus de 100 start-up RH ou entreprises innovantes en RH en France. Comme le signale le cabinet CB Insigts, au niveau des investisseurs, il y a un réveil significatif des fusons-acquisitions et du financement en capital humain. Et Paris démontre une belle vivacité !

Le digital est partout. S’il reste une parcelle non conquise, elle peut devenir une niche gigantesque à l’échelle du web et du monde grâce aux nouvelles technologies (web, mobile, algorithme, eCommerce, intelligence artificielle, objets connectés, etc.).

The Village by CA - Ma Digital Week - Photo Jean-Baptiste Audrerie - Toute reproduction interdite sans autorisation - FutursTalents - 2016
The Village by CA – Ma Digital Week – Photo Jean-Baptiste Audrerie – FutursTalents – 2016

#2 A la recherche du prochain modèle d’affaire

Ce n’est plus la crise de 2008 que l’ont doit accuser des problèmes d’emploi mais bien une économique qui crée de nouvelles compétences et qui laisse derrière elle des chefs d’entreprises hésitants, des cadres attentifs, des employés impuissants devant une forme d’économie nouvelle, portée par de nouvelles générations et sous-tendue par de nouveaux paradigmes (et dogmes !).

Payant, gratuit, affiliation, plateformes de partage, logiciel open source, data, commerce en ligne, abonnements, place de marché, publicités en ligne et tant d’autres modèles cherchent à monétiser le web et surtout à repenser la chaîne de valeur. L’innovation est au cœur du dispositif digital. On peut avoir un produit innovant (voir le cas de Deepki qui propose sur une plateforme Saas un diagnostic prédictif des consommations et économies d’énergies des bâtiments) ou proposer un produit et service classique mais revisité avec des nouveaux avantages compétitif (livraison, choix, prix, art de vivre, exclusivité, etc.). Tout le monde réfléchit à ses nouveaux modèles d’affaires et aux capitaux et efforts qu’ils supposent pour entrer dans un nouveau jeu économique.

Trouver le bon modèle d’affaire et en changer rapidement dans une économie en émergence est un défi intellectuel et stratégique. Gagner en vitesse d’exécution est un défi comportemental.  

#3 Monter en compétences

Pour les services traditionnels, le modèle d’affaire de la consultation est remis en question. Pourquoi travailler à l’heure quand il serait possible de modéliser un service en ligne. Comment répondre à l’urgence et à la pression de coûts ? Pour exerce son rôle conseil sans devenir une commodité à bas coûts, il faut développer le conseil stratégique, piloter des outils et processus digitaux et innover constamment en modélisant certains savoir-faire pour gagner en efficacité et se libérer pour des tâches à plus grande valeur ajoutée. Cela me rappelle cet article écrit à propos de l’avenir du métier de consultant.

Pour une entreprise de services, la montée en compétences passe par l’innovation produit et services (prix élevés, trouver les clients innovateurs), par l’excellente gestion de la relation client (prix modérés, service de qualité, équilibre entre coûts et personnalisation) et enfin l’effet d’infrastructure en atteignant une masse critique (prix plus bas, traitement de commandes standardisées et en volume). La consultation au niveau stratégique traduit le premier modèle. Une application RH qui digitalise un service modèlisable entre dans le dernier modèle économique.

Le digital offre de nouvelles opportunités organisationnelles et personnelles, surtout pour celui qui se place à la racine d’une innovation, d’une solution, d’une technologie ou d’un flux de données et d’insights.

#4 De nouvelles compétences pour tous

Face à la nouvelle économie, les décideurs ont une triple responsabilité : développer une vision et une stratégie digitale, doter l’entreprise de capacités numériques, de processus et d’outils et enfin de développer les nouvelles compétences pour naviguer dans une nouvelle dimension. Je vous invite à relire mon article sur les nouvelles compétences du digital.

Pour développer ces compétences digitales, les initiatives retenues sont celles de l’immersion, de la rencontre et de la collaboration. Les espaces de « Co-Working« , les « FabLab », les « Learning Expeditions« , les « Reverse Mentoring« , les ateliers de co-création, les rencontres clients et consommateurs, et toutes autres « Digital Era Masterclass » favorisent l’apprentissage dans l’action, la littératie numérique et l’agilité organisationnelle et personnelle.

De la stratégie aux outils, le numérique est un marathon de transformation culturelle. Ce n’est pas un sprint superficiel. Développer les nouveaux leaders passe par le digital. 

#5 L’analytique et l’algorithmique au cœur de la création de valeur

Pour créer de la valeur, les entreprises établies protègent des actifs et des capacités, un savoir-faire, un carnet d’adresse, une réputation. Bien que l’économie numérique soit invasive, ses relais de croissance les plus rapides sont désormais concentrés dans l’analytique et l’algorithmique. La collecte de données crée de l’analytique et des insights hautement valorisables. Gartner indique qu’en 2020, l’information sera utilisée pour réinventer, digitaliser et éliminer 80% des produits, services et processus d’affaires actuels ! McKinsey indique pour sa part que 190 000 Data Scientists et un million et demi d’emplois de managers et d’analystes seront créés d’ici 2018 pour gérer les données.

L’algorithmique et l’intelligence artificielle se développement rapidement (machine learning, reconnaissance faciale, etc.). J’ai pu assisté à une démonstration de Deep Learning avec la compagnie Riminder. Le Deep Learning trouve des paterns, indique des corrélations parmi une grande quantité de données variées et il développe des apprentissages qu’il valide et qu’il enrichie à chaque ajout de points de données et de lots de données.

Si cela semble anecdotique aujourd’hui pour certains, ces technologies envahissent pourtant notre monde pour créer de nouveaux usages et de nouveaux services plus performants et plus rapides. Nous sommes tous concernés car cela modifie les économies, les organisations, notre travail et nos compétences.

#6 La vidéo, nouvel eldorado du branding et de la formation

Vous n’avez pas l’âme d’un chiffrier Excel ? Soyez rassuré, la vidéo est en plein boom pour ceux qui sont plus littéraires et qui aiment créer ou diffuser du contenu. Cela on le savait avec l’explosion du mobile et des services d’édition de vidéo tel que YouTube. Les tutoriels et bien plus encore envahissent Facebook et les mobiles. Pour le marketing, le support vidéo emprunte tous les réseaux. Cisco prédit qu’en 2018, 84% du trafic sur le web sera imputable à la vidéo.

En formation, c’est la même dynamique avec les MOOC, SPOC et COOC. La vidéo est au cœur de votre influence et de votre croissance, à condition d’avoir des choses à dire et des événements à capter. Learn Assembly, Tru Academy, le Mooc RH Digital,  est un bon exemple d’éclosion rapide d’une forme de développement des compétences numériques.

  • La vidéo en direct est une grande tendance du web : Periscope, Meerkat, Facebook Live, Blab.
  • La vidéo 360 fait aussi son entrée et prépare l’arrivée des lunettes 3D de Facebook Occulus, Sony, Microsoft et Samsung.

Pour former clients et employés rapidement et se comporter en cohérence avec le digital, la vidéo est un outil simple, mobile et puissant. La vidéo est l’avenir du contenu, des marques, de l’expérience client et de la gestion des talents.

Quelques lectures dans l’avion, le train, le lit,…

  1. Marketing RH 2éme édition Accompagner la transformation digitale des ressources humainesFranc La Pinta & Vincent Berthelot – édition Focus RH – Studyrama.
  2. RH & Digital Regards Collectifs de RH sur la transformation digitale – Dirigé par Jean-Noël Chaintreuil – Éditions Diateino.
  3. Business Model Nouvelle Génération – Alexander Osterwalder & Yves Pigneur – Édition Pearson
  4. Relever le défi de l’innovation de rupture – Philippe Silberzhan – Édition Pearson
  5. Marketing digital – 12 cas de stratégies d’entreprises dans l’univers du digital – Jean-Louis Martinez – Edition de Boeck.
Ma Digital Week - Livres à la FNAC des Ternes -Photo Jean-Baptiste Audrerie - Toute reproduction interdite sans autorisation - FutursTalents - 2016
Ma Digital Week – Livres à la FNAC des Ternes – Photo Jean-Baptiste Audrerie – FutursTalents – 2016

Un peu de vocabulaire

Vivre loin de la France est bien utile pour celui qui veut mesurer combien le langage est vivant. J’ai découvert combien l’usage de certains mots peut prendre de l’importance. Voici quelques notions de langages pour mes compatriotes québecois qui atterrissent à Paris :

  • Acculturation : Mot très utilisé pour parler de sensibilisation et d’appropriation à la culture du digital mais dont le sens me semble un peu détourné. Voyez-vous même en lisant la définition de Wikipédia : L’acculturation est l’ensemble des phénomènes qui résultent d’un contact continu et direct entre des groupes d’individus de cultures différentes et qui entraînent des modifications dans les modèles culturels initiaux de l’un ou des deux groupes.
  • Postures : Attitudes, rôles et responsabilités
  • QVT : Qualité de Vie au Travail
  • Learning : Formation (privilégiez la version anglophone en toutes circonstances)
  • Disrupter : Innovation de rupture (aussi fort que Star Wars !)
  • Servicisation : Développe l’offre de service
  • POC : Preuve de concept (mot essentiel pour toute start-upper)

Merci !

Un grand merci aux compagnons, aux hôtes et à toutes les personnes rencontrées fortuitement lors de ce « Digital Journey » : Antoine Amiel, Learn Assembly – Mohamed Achahbar, Le Tank – Jean-Christophe Ana, RMSConf – Ophélie Ayouaz, Talentis – Aurélien Boutaudou, Accenture – Vincent Berthelot, RATP – Aude Bohu, Talentis – Kevin Bourgeois, Supermood – Laurent Brouat, Tru Academy – Vincent Bryant, Deepki Sas – Thomas Chardin, Parlons RH – Delphine Demaison, Chanel Corporation – Mouhidine Seiv Mohamed Lemine, Riminder – Marianne Gasser, ACL Partners –  Anselme Jalon, Institut FaberNovel – Jeremy Lamri, LabRH – Franck La Pinta, Société Générale – Anne-Céline Lejeune, ACL Partners – Samuel Naccache, Ubisoft – Josselin Noir, Riminder – Dominique Rame, CitizenBooking –  Antonin Torikian, Institut FaberNovel – Emilie Tortora, Coxibiz et LabRH et quelques autres.

#JeSuisParis

Cette année 2015 a fait 140 victimes entre le 7 janvier et le 13 novembre, en plein cœur de Paris. Place de La République, j’ai croisé des gens tristes. Mais partout, une énergie vitale refuse la terreur et les menaces. Paris brillera jour et nuit.

Heureuse années 2016 - FutursTalents

1 COMMENTAIRE

  1. merci Jean-Baptiste pour ce compte rendu toujours aussi riche et synthétique. Merci d’avoir partagé un petit moment de ta digital week avec nous et à bientôt pour la saison 2

Laisser un commentaire